Cancer du sein et diabète de type 2 : des interactions complexes (2022)

Table of Contents
Résumé Méthodes Résultats Discussion Conclusion Abstract Methods Results Conclusion Introduction Section snippets Matériel et méthodes Résultats Discussion Conclusion Déclaration de liens d’intérêts Références (48) Ann Epidemiol Cell Metab Trends Endocrinol Metab Ann Oncol Cancer Epidemiol Breast World J Surg Oncol Cancer Lett Gynecol Obstet Fertil Physical activity from menarche to first pregnancy and risk of breast cancer Int J Cancer Randomised controlled trial of a home-based physical activity intervention in breast cancer survivors BMC Cancer Body mass index and risk of luminal, HER2-overexpressing, and triple negative breast cancer Breast Cancer Res Treat Prévalence du diabète traité pharmacologiquement et dispartités territoriales en France en 2012 Estimation de la prévalence (partielle et totale) du cancer en France métropolitaine chez les 15ans et plus en 2008 Type 2diabetes and subsequent incidence of breast cancer in the nurses’ health study Diabetes Care Elaboration du guide et des outils parcours de soins pour une maladie chronique Guide méthodologique Insulin-like growth factor-I inhibition with pasireotide decreases cell proliferation and increases apoptosis in pre-malignant lesions of the breast: a phase 1proof of principle trial Breast Cancer Res A prospective study of the associations between treated diabetes and cancer outcomes Diabetes Care Time-dependent risk of cancer after a diabetes diagnosis in a cohort of 2.3million adults Am J Epidemiol The influence of type 2diabetes and glucose-lowering therapies on cancer risk in the Taiwanese Exp Diabetes Res Diabetes and breast cancer in Taiwanese women: a detection bias? Eur J Clin Invest Associations of type 2diabetes and diabetes treatment with breast cancer risk and mortality: a population-based cohort study among British women Cancer Causes Control Incidence of diabetes among postmenopausal breast cancer survivors Diabetologia Diabetes mellitus and breast cancer: a retrospective population-based cohort study Breast Cancer Res Treat Cited by (4) Effects of diabetes on the development of radiation pneumonitis Therapeutic Potential of miR-29a in Breast Cancer Patients with type 2 Diabetes and its Regulatory Mechanism The Impact of Metformin Use with Survival Outcomes in Urologic Cancers: A Systematic Review and Meta-Analysis Current State of Diabetes Mellitus Prevalence, Awareness, Treatment, and Control in Latin America: Challenges and Innovative Solutions to Improve Health Outcomes Across the Continent Recommended articles (6) Related content Videos
ScienceDirect

Corporate sign inSign in / register

ViewPDF

  • Access throughyour institution

Volume 44, Issue 12,

December 2016

, Pages 701-711

Résumé

L’objectif de cette revue de littérature était de quantifier l’incidence et la mortalité du cancer du sein chez les femmes traitées pour un diabète de type 2et d’analyser les liens complexes existant entre ces deux maladies fréquentes.

Méthodes

Les articles analysés ont été extraits de la base de données PUBMED de 2000à 2015. Au total, 22études cas/témoins ou de cohortes ont été retenues, permettant la réalisation d’une méta-analyse.

Résultats

L’incidence du cancer du sein chez les femmes diabétiques est augmentée de manière significative pour les cohortes (RR=1,32; 95% CI: 1,06–1,65) et non significative pour les études cas/témoins (RR=1,46; 95% CI: 0,99–2,16). La mortalité globale des femmes diabétiques ayant un cancer du sein est significativement augmentée (RR=1,53; 95% CI: 1,23–1,90).

Discussion

Les liens existants entre diabète et cancer du sein sont expliqués par des facteurs de risque communs (surpoids/obésité, erreurs alimentaires qualitatives et quantitatives, sédentarité), des modifications biologiques et l’impact de certains traitements anti-diabétiques et anti-hormonaux.

(Video) Emission 30 mns Santé Diabète de type 2 comment l'éviter ?

Conclusion

Les médecins confrontés à une patiente diabétique traitée pour un cancer du sein ont un rôle pour choisir le meilleur anti-diabétique et mettre en œuvre des mesures hygiéno-diététiques. Les femmes diabétiques sans cancer du sein devraient participer aux programmes organisés de dépistage et bénéficier d’un examen clinique mammaire annuel.

Abstract

The aim of this literature review was to quantify the incidence and mortality of breast cancer for women treated for a diabetes mellitus and to analyze the complex relationship between these two common diseases.

Methods

The articles analyzed were extracted from the PubMed database from 2000 to 2015. A total of 22 case/control studies or cohorts were retained, allowing the realization of a meta-analysis.

Results

The incidence of breast cancer for women with diabetes is significantly increased for cohorts (RR=1.32; 95% CI: 1.06 to 1.65) and not significantly for case/control studies (RR=1.46; 95% CI: 0.99 to 2.26). Overall, mortality of women with breast cancer is significantly increased for diabetic patients compared with non-diabetic patients (RR=1.53; 95% CI: 1.23 to 1.90). The links between diabetes and breast cancer are explained by common risk factors (overweight/obesity, qualitative and quantitative dietary errors, physical inactivity), biological changes and the impact of some anti-diabetic treatments or hormonotherapy.

Conclusion

Physicians facing a diabetic patient treated for breast cancer have a role in choosing the best anti-diabetic treatment and implementing lifestyle modifications. Diabetic women without breast cancer should participate in organized breast screening programs and have an annual breast clinical examination.

Introduction

La prévention primaire du cancer du sein (CS) porte sur les différents facteurs de risques modifiables associés à la survenue de cette maladie. Les principaux facteurs liés au mode de vie sont le surpoids ou l’obésité après la ménopause, l’inactivité physique et les erreurs alimentaires qualitatives et quantitatives [1], [2], [3], [4]. Le diabète de type 2 (DT2) a en commun la plupart de ces facteurs de risque. Le DT2et le CS ont donc des liens épidémiologiques, mais aussi biologiques.

Sur le plan épidémiologique, ces pathologies représentent d’importants problèmes de santé publique. La prévalence du DT2en France est de 3,8% chez la femme, soit environ 900000cas [5]. La prévalence du CS à 10ans (nombre de femmes vivantes ayant déclaré un CS dans les 10années) est de 1,6%, soit de 383310cas [6]. L’âge moyen de survenue du CS et du DT2est respectivement de 61ans et de 64,8ans [4], [5]. Même s’il est avéré que l’on observe plus de CS chez les femmes ménopausées avec DT2 [7], il est toutefois difficile de dire si le DT2est un facteur de risque indépendant de CS ou si leur association est liée au même terrain à risque.

Le DT2est caractérisé par une hyperglycémie liée, soit à un défaut de l’action de l’insuline (insulino-résistance), soit à une insuffisance de sécrétion d’insuline (insulinopénie relative). L’insulinopénie peut s’aggraver avec l’âge pouvant mener jusqu’au diabète insulino-dépendant [8]. Le DT2est précédé par un état de pré-diabète. Ce dernier est défini par une hyperglycémie à jeun entre 1,10g/L (6,1mmol/L) et 1,25g/L (6,9mmol/L) après un jeûne de 8heures et vérifiée à deux reprises, et/ou une intolérance au glucose qui se définit par une glycémie entre 1,4g/L (7,8mmol/L) et 1,99g/L (11,0mmol/L), 2heures après une charge orale de 75g de glucose. Il faut alors mettre en place des mesures de prévention pour freiner l’évolution vers le DT2 (modification qualitative et quantitative de l’alimentation, activité physique…) [8]. Le diagnostic de DT2est défini par une glycémie à jeun supérieure à 1,26g/L (7mmol/L) à deux reprises ou par une glycémie supérieure à 2g/L (11,1mmol/L) à n’importe quel moment de la journée (même après un repas).

Sur le plan biologique, des modifications métaboliques du DT2ont un impact sur la glande mammaire. L’insulino-résistance observée au cours du DT2du surpoids ou de l’obésité, est responsable d’un hyperinsulinisme pouvant stimuler la croissance des cellules mammaires équipées de récepteurs à l’insuline [9]. Le mécanisme impliqué passe par l’insulin-like growth factor-1 (IGF-1) et par son récepteur (IGF-1R) en dehors de tout effet direct des récepteurs hormonaux [9]. De plus, les cellules adipeuses, en nombre supérieur chez les femmes en surpoids ou obèses, possèdent une aromatase à l’origine d’une hyper-estrogénie locale, dont on connaît son rôle dans le développement du CS [10].

Afin de clarifier l’association DT2et CS, nous avons réalisé une revue de la littérature portant sur l’ensemble des cohortes prospectives et rétrospectives et des études de cas/témoins publiées ces 15dernières années. L’objectif de cette revue était de quantifier, à partir d’une méta-analyse, l’incidence et la mortalité du CS chez les femmes ayant un DT2et d’analyser les liens complexes, à la fois épidémiologiques et biologiques existants entre ces deux maladies fréquentes.

Section snippets

Matériel et méthodes

Nous avons sélectionné les articles originaux en langue anglaise dans la base de données PUBMED sur une période allant de 2000à 2015inclus, en combinant plusieurs mots clés (Fig. 1). En associant «breast cancer», «diabetes mellitus» et «prospective», nous avons retenu 4études sur 56. En élargissant notre recherche avec les mots clés suivants «breast cancer», «incidence» et «diabetes mellitus», nous avons sélectionné 19séries sur 383, dont 4étaient déjà retenues. En combinant

Résultats

Nous avons retenu 22articles, dont 4études de cohortes prospectives, 11études de cohortes rétrospectives et 7études cas/témoins traitant de l’association entre CS et DT2 (Fig. 1). Les principaux résultats ont été ajustés en fonction de l’âge, l’indice de masse corporel et le statut ménopausique. Les variables d’ajustements sont présentées dans les Tableau 1, Tableau 2.

Discussion

Notre méta-analyse réalisée à partir des études de cohortes a montré une augmentation modérée du risque de CS chez les femmes ayant un DT2 (Fig. 2). Cela n’a pas été mis en évidence avec les études cas-témoins (Fig. 3). De plus, dans notre méta-analyse, nous avons observé une augmentation globale de la mortalité. Cette hétérogénéité des résultats peut s’expliquer de différentes manières.

Conclusion

Les patientes ayant un DT2présentent une augmentation significative du risque de développer un CS et une augmentation de la mortalité lorsqu’elles sont atteintes d’un CS. Cette association CS et DT2est en partie liée aux facteurs de risque communs, tels que l’âge, le surpoids ou l’obésité, les erreurs alimentaires qualitatives et quantitatives ainsi que l’inactivité physique. En pratique clinique, les médecins confrontés à une patiente diabétique traitée pour un cancer du sein, ont un rôle

Déclaration de liens d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

Références (48)

  • M.L.H.K. Santorelli et al.Hormonal therapy for breast cancer and diabetes incidence among postmenopausal women

    Ann Epidemiol

    (2016)

  • M. PollakDo cancer cells care if their host is hungry?

    Cell Metab

    (2009)

  • T.N. Le et al.Sex hormone-binding globulin and type 2diabetes mellitus

    Trends Endocrinol Metab

    (2012)

  • M. Kiderlen et al.Diabetes in relation to breast cancer relapse and all-cause mortality in elderly breast cancer patients: a FOCUS study analysis

    Ann Oncol

    (2013)

    (Video) ADN Diabète 2016 | Prise en charge nutritionnelle dans la prévention des maladies chroniques

  • M. Sanderson et al.Diabetes, physical activity and breast cancer among Hispanic women

    Cancer Epidemiol

    (2010)

  • S. Jordan et al.Breast cancer in the Thai Cohort Study: an exploratory case-control analysis

    Breast

    (2009)

  • X.L. Wang et al.Obesity, diabetes mellitus, and the risk of female breast cancer in Eastern China

    World J Surg Oncol

    (2013)

  • H. Samavat et al.Estrogen metabolism and breast cancer

    Cancer Lett

    (2015)

  • F. Stoll et al.Vitamin D and breast cancer: is there a link?

    Gynecol Obstet Fertil

    (2013)

  • T.D. Liu Y et al.

    Physical activity from menarche to first pregnancy and risk of breast cancer

    Int J Cancer

    (2016)

  • I.M.M.G. Lahart et al.

    Randomised controlled trial of a home-based physical activity intervention in breast cancer survivors

    BMC Cancer

    (2016)

  • L.C.L. Chen et al.

    Body mass index and risk of luminal, HER2-overexpressing, and triple negative breast cancer

    Breast Cancer Res Treat

    (2016)

  • Institut de veille sanitaire et al.

    Prévalence du diabète traité pharmacologiquement et dispartités territoriales en France en 2012

    (2014)

  • Institut de veille sanitaire et al.

    Estimation de la prévalence (partielle et totale) du cancer en France métropolitaine chez les 15ans et plus en 2008

    (2014)

  • K.B. Michels et al.

    Type 2diabetes and subsequent incidence of breast cancer in the nurses’ health study

    Diabetes Care

    (2003)

  • Haute Autorité de Santé

    Elaboration du guide et des outils parcours de soins pour une maladie chronique

    Guide méthodologique

    (2012)

  • B. Singh et al.

    Insulin-like growth factor-I inhibition with pasireotide decreases cell proliferation and increases apoptosis in pre-malignant lesions of the breast: a phase 1proof of principle trial

    Breast Cancer Res

    (2014)

  • H.C. Yeh et al.

    A prospective study of the associations between treated diabetes and cancer outcomes

    Diabetes Care

    (2012)

  • B.P. Dankner R et al.

    Time-dependent risk of cancer after a diabetes diagnosis in a cohort of 2.3million adults

    Am J Epidemiol

    (2016)

  • M.C. Hsieh et al.

    The influence of type 2diabetes and glucose-lowering therapies on cancer risk in the Taiwanese

    Exp Diabetes Res

    (2012)

  • C.H. Tseng

    Diabetes and breast cancer in Taiwanese women: a detection bias?

    Eur J Clin Invest

    (2014)

  • M.T. Redaniel et al.

    Associations of type 2diabetes and diabetes treatment with breast cancer risk and mortality: a population-based cohort study among British women

    Cancer Causes Control

    (2012)

  • L.L. Lipscombe et al.

    Incidence of diabetes among postmenopausal breast cancer survivors

    (Video) Diabete Type II Partie 2

    Diabetologia

    (2013)

  • L.L. Lipscombe et al.

    Diabetes mellitus and breast cancer: a retrospective population-based cohort study

    Breast Cancer Res Treat

    (2006)

  • Recommended articles (6)

    • Research article

      Injection de produit de contraste iodé en cours de grossesse et fonction thyroïdienne néonatale

      Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 44, Issue 12, 2016, pp. 685-689

      Il existe un risque théorique d’hypothyroïdie néonatale lié à l’exposition anténatale au produit de contraste iodé. Les recommandations actuelles sont en faveur d’une surveillance de la fonction thyroïdienne du nouveau-néen cas de réalisation de scanner injecté pendant la grossesse. Dans notre travail, nous avons cherché à voir si le bilan thyroïdien néonatal recommandé était réalisé, et en cas de bilan si celui-ci mettait en évidence des anomalies.

      Durant la période du 01/01/2010au 1/08/2015, nous avons recueilli rétrospectivement les informations concernant les patientes ayant eu un scanner avec injection pendant la grossesse, la présence ou non d’un bilan thyroïdien néonatal, et en cas de bilanles valeurs de la TSH, T3l et T4l.

      Durant notre période de recueil, 101patientes ont eu un scanner injecté en cours de grossesse. L’âge gestationnel au moment du scanner était de 29,3SA±7,2. La dose moyenne de produit de contracte injecté était de 82,6±19,1mL. Une évaluation thyroïdienne néonatale a été réalisée dans 21cas (20,8%). Comparativement aux normes retenues, toutes les valeurs de TSH et de T4l étaient normales. Sept valeurs de T3l étaient au-dessus de la valeur seuil supérieure, mais après avis d’experts aucun bilan n’a été considéré comme pathologique.

      Notre étude révèle que la recommandation de surveillance du bilan thyroïdien néonatal après injection de produit de contraste iodé pour examen TDM est peu suivie. Dans notre série, les effets de l’injection de produit de contraste sur la fonction thyroïdienne néonatale semblent modestes.

      There is a theoretical risk for neonatal hypothyroidism after prenatal exposure to iodinated contrast media. Current recommendations are in favour of neonatal thyroid function assessment. Our aim was to check if recommendations were observed, and if neonatal evaluation demonstrated anomalies.

      Over the period from 01/01/2010 to 01/08/2015, maternal and newborn records were retrospectively reviewed. All pregnant women who underwent a computed tomography and their newborns were included. We collected thyroid-stimulating hormone (TSH), thyroxine (T4) and tri-iodothyronine (T3) levels.

      A total of 101 maternal and newborn records were reviewed. Mean gestational age at CT scan was 29.3±7.2 weeks. The mean dose of total iodine administered was 82.6±19.1mL. Only 21 newborns had a biological analysis (20.8%). All newborns had normal TSH and T4 levels at birth. Only 7 newborns had a T3 level above the upper threshold value, but according to expert opinion none have been considered pathological.

      (Video) Rôle des estrogènes dans les maladies cardiovasculaires - Jean-François ARNAL - Déc 2018

      Our study revealed that recommendations for neonatal thyroid function assessment after prenatal exposure to iodinated contrast media were not observed. This exposure seemed unlikely to have an important effect on thyroid function at birth.

    • Research article

      Le TAP block échoguidé pas à pas: pourquoi et comment le réaliser?

      Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 44, Issue 12, 2016, pp. 716-720

      Alternative intéressante d’analgésie multimodale, le bloc du plan abdominal transverse ou transversus abdominis plane block (TAP block) est une procédure relativement récente qui procure une analgésie durable lors de la période postopératoire précoce en chirurgie abdominale. Ce procédé, qui consiste à infiltrer un anesthésique local au niveau de l’espace neurofascial situé entre les muscles oblique interne et transverse, octroie une analgésie intéressant la peau, les muscles de la paroi antérieure de l’abdomen ainsi que le péritoine pariétal. Il contribue ainsi à réduire la douleur per- et postopératoire en relation avec l’incision chirurgicale pariétale. Le recours à cette technique permet ainsi de diminuer la consommation d’antalgiques opiacés concourant de fait, à en diminuer les effets secondaires, voire de s’en affranchir (nausées et vomissements, retard à la reprise du transit, somnolence, dépression respiratoire, rétention d’urine). Par ailleurs, ce bloc apparaît particulièrement intéressant lorsque les techniques d’anesthésie neuro-axiale ou l’utilisation d’antalgiques opioïdes demeurent contre-indiquées. Par ailleurs, le repérage anatomique échographique allie l’efficacité à la sécurité. Nous décrivons notre technique de réalisation du TAP block échoguidé et discutons ses indications, contre-indications et complications potentielles.

      Used in clinical practice as part of a multimodal analgesic regimen, the transversus abdominis plane block (TAP block) is a relative novel procedure in which local anaesthetic agents are injected into the anatomic neurofascial space between the internal oblique and the transversus abdominis muscle. It allows a significantly prolonged duration of analgesia during the early postoperative stage in abdominal surgery. This regional anesthesia technique provides analgesia to the skin, muscles of the anterior abdominal wall and parietal peritoneum in order to decrease the incision-related pain. Thus, it reduces postoperative opiate requirements and opioids-related side effects (nausea, vomiting, delayed resumption of intestinal transit, drowsiness, respiratory depression, urine retention). Additionally, the TAP block appears particularly interesting when neuraxial techniques or opioids are contraindicated. Moreover, the ultrasound-guided procedure provides a significant success rate of this block and additionally avoids major complications. We describe our technique of ultrasound-guided TAP block and discuss its indications, contraindication and potential complications.

    • Research article

      Les tests d’ADN libre circulant pour le dépistage de la trisomie 21fœtale

      Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 44, Issue 12, 2016, pp. 675-678

    • Research article

      Bowel occlusion in an infertile woman with documented deep endometriosis of the sigmoid colon: Why was it not unexpected?

      Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 44, Issue 12, 2016, pp. 727-729

    • Research article

      Une histoire biologique du cancer

      Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 44, Issue 12, 2016, pp. 726-727

    • Research article

      La position du cerclage préventif à l’échographie postopératoire est-elle prédictive d’un accouchement prématuré?

      Gynécologie Obstétrique & Fertilité, Volume 44, Issue 12, 2016, pp. 679-684

      Évaluer si la position du cerclage préventif déterminée par l’échographie cervicale endovaginale le jour de l’intervention est prédictive de la survenue d’un accouchement prématuré.

      Étude rétrospective monocentrique réalisée entre le 1er août 2007et 31décembre 2015dans une maternité de type III ayant inclus des grossesses monofœtales ayant bénéficié d’un cerclage préventif selon la méthode de McDonald. La position du cerclage était définie par les ratios orifice interne–fil/col et fil–orifice externe/col. Ces données ont été comparées selon le terme d’accouchement (avant et après 32SA et 37SA).

      Durant la période de l’étude, 379grossesses avec un cerclage préventif selon McDonald ont été incluses. Le terme moyen d’accouchement était de 37,6±3,6SA. Le taux d’accouchement prématuré avant 32SA était de 6,5% (n=25) et avant 37SA de 16,6% (n=63). Il n’y avait pas de différence significative pour les ratios distance orifice interne–fil/longueur du col et distance fil–orifice externe/longueur du col entre les femmes ayant accouché avant et après 32SA ni pour celles ayant accouché avant et après 37SA. Les aires sous la courbe ROC pour les différents paramètres étaient toutes inférieures ou égales à 0,6.

      La position du cerclage déterminée à l’échographie cervicale endovaginale en postopératoire immédiat ne semble pas prédictive du risque d’accouchement prématuré.

      To evaluate whether the position of preventive cerclage determined by immediate postoperative transvaginal cervical ultrasound is predictive of preterm birth.

      A single-center retrospective study conducted between 1 August 2007 and 31 December 2015 in a maternity type III who included women carrying out for a single pregnancy and who receive a McDonald preventive cerclage. Measurements of internal os–stitch, stitch–external os and the total length of the cervix were performed during immediate postoperative transvaginal cervical ultrasound. The position of the cerclage has been defined by the internal os–stitch/cervical length and stitch–external os/cervical length ratios. Measures were compared according to gestational age at delivery (before and after 32weeks and before and after 37weeks).

      (Video) Professeur Dominique BELPOMME : Epigénétique et cancer

      During the study period, 379 single pregnancies that received a McDonald preventive cerclage were included. The mean gestational age at delivery was 37.6±3.6 SA. The rate of preterm birth before 32weeks was 6.5% (n=25) and before 37weeks was 16.6% (n=63). There was no significant difference in the internal ost–stitch/cervical length ratios and the stitch–external ost/cervical length ratio between women who delivered before and after 32weeks or for those who delivered before and after 37weeks. The areas under the ROC curves for the various parameters studied were all less than or equal to 0.6.

      The position of cerclage determined by transvaginal cervical ultrasound in immediate post operative does not seem predictive of the risk of premature birth.

    View full text

    © 2016 Elsevier Masson SAS. All rights reserved.

    ScienceDirectCorporate sign inSign in / registerViewPDFAccess throughyour institutionVolume 44, Issue 12, December 2016, Pages 701-711https://doi.org/10.1016/j.gyobfe.2016.09.004Get rights and contentRésuméL’objectif de cette revue de littérature était de quantifier l’incidence et la mortalité du ca...

    L’objectif de cette revue de littérature était de quantifier l’incidence et la mortalité du cancer du sein chez les femmes traitées pour un diabète de type 2et d’analyser les liens complexes existant entre ces deux maladies fréquentes.. La prévalence du CS à 10ans (nombre de femmes vivantes ayant déclaré un CS dans les 10années) est de 1,6%, soit de 383310cas [6].. Même s’il est avéré que l’on observe plus de CS chez les femmes ménopausées avec DT2 [7], il est toutefois difficile de dire si le DT2est un facteur de risque indépendant de CS ou si leur association est liée au même terrain à risque.. L’objectif de cette revue était de quantifier, à partir d’une méta-analyse, l’incidence et la mortalité du CS chez les femmes ayant un DT2et d’analyser les liens complexes, à la fois épidémiologiques et biologiques existants entre ces deux maladies fréquentes.. Les recommandations actuelles sont en faveur d’une surveillance de la fonction thyroïdienne du nouveau-néen cas de réalisation de scanner injecté pendant la grossesse.. Durant la période du 01/01/2010au 1/08/2015, nous avons recueilli rétrospectivement les informations concernant les patientes ayant eu un scanner avec injection pendant la grossesse, la présence ou non d’un bilan thyroïdien néonatal, et en cas de bilanles valeurs de la TSH, T3l et T4l.. Ce procédé, qui consiste à infiltrer un anesthésique local au niveau de l’espace neurofascial situé entre les muscles oblique interne et transverse, octroie une analgésie intéressant la peau, les muscles de la paroi antérieure de l’abdomen ainsi que le péritoine pariétal.. Le recours à cette technique permet ainsi de diminuer la consommation d’antalgiques opiacés concourant de fait, à en diminuer les effets secondaires, voire de s’en affranchir (nausées et vomissements, retard à la reprise du transit, somnolence, dépression respiratoire, rétention d’urine).

    *significativité statistique Facteurs de risque modifiables communs au diabète et au cancer Une alimentation hyperénergétique à densité nutritionnelle faible et pro-oxydante est associée à la fois à un risque accru de cancer, de surpoids et de diabète. Surpoids et obésité, pourvoyeurs importants de DT2 chez les sujets prédisposés, sont associés à un risque de cancer du sein après la ménopause, de cancer de l’endomètre, de cancers colo-rectal, du pancréas, du foie et de la vessie.

    Le risque relatif de cancer du foie, du pancréas, de l’endomètre, du côlon et de la vessie est augmenté alors que le risque de cancer de la prostate est moindre en cas de DT2.. La compréhension des relations complexes entre le diabète et ces différents types de cancer nécessiterait davantage d’études prospectives de population comportant une enquête sur le mode de vie, les habitudes alimentaires, le niveau d’activité physique, les facteurs de risque communs, l’insulinémie, la résistance à l’insuline et d’autres biomarqueurs ainsi qu’une bonne caractérisation du patient et de son diabète (durée, traitements, qualité du contrôle métabolique, etc.. Surpoids et obésité, pourvoyeurs importants de DT2 chez les sujets prédisposés, sont associés à un risque de cancer du sein après la ménopause, de cancer de l’endomètre, de cancers colo-rectal, du pancréas, du foie et de la vessie.. La prévalence élevée du diabète chez les patients ayant un cancer pancréatique de petite taille encore morphologiquement invisible et l’amélioration du diabète après une résection de la tumeur suggèrent que le diabète n’est pas dû à une insulinopénie par destruction du parenchyme pancréatique mais plus probablement à la production de médiateurs induisant des troubles de l’homéostasie glucidique.. Une prise importante d’hydrates de carbone est associée à une augmentation du risque de cancer de l’endomètre et l’excès de consommation de graisses animales et de sel majore le risque de néoplasie du côlon et de l’estomac.. Alors que des études sont en cours pour préciser la place de la metformine comme adjuvant dans le traitement du cancer, les études les plus récentes sont beaucoup moins affirmatives quant au potentiel antitumoral de la metformine dans le diabète, de nombreux biais n’ayant pas été pris en compte dans l’interprétation des résultats(10).. • Thiazolidinediones. La pioglitazone a été retirée du marché français en application du principe de précaution en raison d’une suspicion de lien avec le cancer de la vessie, dont la prévalence est de toute façon augmentée dans le DT2.. • Incrétines (analogues du GLP1 et inhibiteurs de la DPP4). Un effet carcinogène des analogues du GLP1 et des inhibiteurs de la DPP4 a été évoqué à la suite de la survenue de carcinomes médullaires de la thyroïde chez les rongeurs et après la description de cas de pancréatites aiguës et chroniques chez des sujets traités par des analogues du GLP1.. D’après les données de pharmacovigilance de la FDA, les patients traités par exénatide ou sitagliptine présentaient une augmentation de la prévalence des pancréatites, du cancer du pancréas (x 3) et des carcinomes thyroïdiens de toute nature (x 4,7) (pour l’exénatide mais non pour la sitagliptine) par rapport aux patients traités par d’autres classes d’hypoglycémiants(15).. • Les insulines. L’impact de l’insuline sur le développement tumoral a été étayé par le fait que les cellules cancéreuses expriment souvent des récepteurs de l’insuline et de l’IGF-1 et que l’insuline a la propriété de stimuler la prolifération cellulaire en agissant sur l’isoforme A du récepteur et en activant l’enzyme mTOR.. À l’avenir, des études ultérieures ciblées chez des sujets à risque tels que les femmes ayant un risque génétique de cancer du sein ou ayant eu ce cancer, qui exprime particulièrement les récepteurs de l’insuline et de l’IGF-1, pourraient être entreprises pour mieux étayer le risque cancérogène de l’insuline exogène(18).. Conclusion. Le DT2 augmente modérément le risque de survenue de divers types de cancers du fait d’une communauté de facteurs de risque et du fait de l’allongement de l’espérance de vie des sujets diabétiques.. Le cancer du pancréas infraclinique occupe une place à part dans la mesure où le DT2 peut être considéré comme une manifestation paranéoplasique de ce cancer à suspecter en cas de perte de poids spontanée au début de l’évolution du diabète.. La compréhension des relations complexes entre le diabète et ces différents types de cancer nécessiterait davantage d’études prospectives de population comportant une enquête sur le mode de vie, les habitudes alimentaires, le niveau d’activité physique, les facteurs de risque communs, l’insulinémie, la résistance à l’insuline et d’autres biomarqueurs, ainsi qu’une bonne caractérisation du patient et de son diabète (durée, traitements, qualité du contrôle métabolique, etc.

    Explications de certains mécanismes épigénétiques : méthylation de l'ADN et modifications post-traductionnelles des histones. Lien entre ces modifications, l'expression des gènes, et les cancers.

    La plupart des processus épigénétiques sont basés sur des modifications de la chromatine, au niveau de l’ADN ou des histones, qui sont régulées de façon dynamique.. La méthylation de l’ADN contrôle l’expression des gènes, car elle joue un rôle dans la compaction de la chromatine, empêchant l’accès des protéines du complexe de transcription à leur site de liaison à l’ADN [3].. La méthylation de l’ADN est impliquée dans la régulation de l’expression des gènes, la formation de la chromatine, le développement embryonnaire et d’autres processus fondamentaux.. La déméthylation (la perte du groupement méthyle sur les cytosines de l’ADN) est un processus actif faisant intervenir une enzyme nommée déméthylase [4] mais peut aussi se produire de façon passive lors de la réplication de l’ADN si les méthyltransférases ne sont pas présentes ou actives.. Toute modification au niveau du promoteur (ensemble de séquences d’ADN essentielles à l’initiation de la transcription) peut entraîner des changements d’état de la chromatine, avec des conséquences sur l’expression des gènes.

    La metformine est un antidiabétique normoglycémiant. C'est le traitement de choix dans le diabète de type 2. Quel est le rôle de la metformine ? Quelle est son efficacité ? Peut-on l'utiliser pour maigrir ? Quels sont ses effets secondaires ?

    Quel est le rôle de la metformine ?. Ce médicament est parmi les plus anciens antidiabétiques mis sur le marché, et c'est aujourd'hui encore le traitement de choix dans le diabète de type 2.. La metformine est un traitement de choix dans le diabète de type 2.. La metformine est préconisée en première intention par les autorités de santé en raison de son efficacité démontrée dans la prise en charge du diabète de type 2 et dans la diminution de la survenue des complications liées à cette pathologie.. Lorsque la metformine ne peut pas être prescrite (en raison par exemple d'une intolérance ou d'une contre-indication) elle peut être remplacée par d'autres médicaments antidiabétiques oraux tels que les sulfamides hypoglycémiants (attention dans ce cas au risque d'hypoglycémie) ou encore par des inhibiteurs de l'alphaglucosidase (comme le Glucor®).. Metformine quel danger Metformine effets secondaires Quels sont les effets secondaires de la metformine ?. Omeprazole : indications, effets, avant et après le repas Fluvoxamine : nom, dosage, Covid, effets secondaires Lidocaïne : indications, effets secondaires, danger Glycérol : définition, médicament, à quoi sert-il ?. Aspirine (acide acétylsalicylique) : bienfaits, composition, anticoagulants Irbésartan : nom, indications, effets secondaires, dangers Bisoprolol : définition, Covid, effets secondaires, dosage Héparine : définition, indication, posologie Erythromycine : indications, effets secondaires, c'est quoi ?

    B.2. Cancer et diabète : interactions avec les traitements

    Ces adaptations thérapeutiques se fondent sur des études qui mettaient en évidence un risque. augmenté de décès péri-opératoire, de complications, de décompensations de comorbidités, de. surcroît de toxicité chimio-induite (complications infectieuses, neutropénie, anémie, aggravation des. neuropathies périphériques) et de rechutes (66,82,112,174–177).. L’une des perspectives de notre étude serait de se pencher sur la stratégie thérapeutique proposée. aux patients de la cohorte SURDIAGENE, lors de la prise en charge du cancer, et de la comparer avec. les standards oncologiques.. La metformine aurait également un effet bénéfique de la mortalité par cancer, avec une réduction de. la mortalité toutes causes, et mortalité par cancer, dans des études rétrospectives incluant des. patients diabétiques atteints d’un cancer du col utérin, de la prostate et du colon (184–186).. La stratégie thérapeutique du contrôle glycémique dans le diabète de type 2 impose une adaptation. du traitement au cours du temps, en tenant compte des objectifs glycémiques, l’efficacité attendue. des traitements, leur tolérance, leur sécurité, leur coût et de l’espérance de vie du patient.. Une analyse fine des habitudes de prescription et de l’observance thérapeutique (estimée sur le. rapport du nombre de boites de médicaments remboursés par la caisse d’assurance maladie sur une. période de temps) permettrait de comprendre les enjeux du traitement anti-diabétique oral et. injectable sur le mécanisme d’hyperinsulinisme, et le retentissement potentiel de l’inobservance de. ces traitements sur la survenue des évènements cardio-vasculaires.. L’activation de la voie de tyrosine kinase est la première étape de la voie de signalisation de l’insuline,. impliquée dans la prolifération, le métabolisme cellulaire, et l’angiogénèse (190).

    Cessez de tergiverser et apprenez enfin les bienfaits prouvés du ginseng. Stimule-t-il vraiment l'immunité ?

    Le ginseng est une plante reconnue pour son effet tonique général.. Les recherches montrent que le ginseng est un allié pour aider à stimuler le système immunitaire, combattre la fatigue physique et intellectuelle, ou encore pour aider les convalescents à reprendre des forces.. - En Médecine traditionnelle chinoise , il n’y a pas de limites de temps au traitement, notamment dans le cas de personnes affaiblies à qui l’on conseille un usage à long terme ou même chronique.. Selon les praticiens de la Médecine traditionnelle chinoise, le ginseng asiatique est « chaud », tandis que le ginseng américain est plus « froid ».. Les auteurs d’une synthèse publiée en 2008 ont scruté 7 essais cliniques avec placebo, dont 6 ont porté sur le ginseng asiatique rouge.. Par ailleurs, un essai croisé avec placebo mené en Corée a donné des résultats prometteurs au chapitre de l’amélioration de la fonction sexuelle chez des femmes en ménopause 12 .. Plusieurs essais ont été faits pour vérifier l’effet du ginseng sur le taux de glucose sanguin de personnes souffrant de diabète ou non 13 .. Selon une synthèse publiée en 2006, la plante a eu un effet bénéfique au cours de la plupart de ces études 14 .. L’ensemble des données ne permet pas de conclure à l’efficacité du ginseng asiatique (pas plus que de l'américain) sur la mémoire, notamment à cause de la faible qualité méthodologique des études et du fait qu’on a utilisé des doses et des types de préparations différents 15,16 .. Deux essais croisés avec placebo publiés en 2010 indiquent que la prise d’une dose unique d’extrait de ginseng asiatique 17 ou américain 18 a eu un effet bénéfique sur la mémoire à court terme, tout en induisant une perception de plus grand calme chez les participants.. Au cours d’un essai préliminaire mené auprès de 12 femmes aux prises avec des symptômes graves de ménopause, la prise de 6 g de ginseng rouge asiatique par jour durant 1 mois a réduit la fatigue, l'insomnie et la dépression des participantes 18 .. On dispose uniquement d’études menées en Asie et d’un seul essai clinique avec placebo, ce qui ne permet pas de conclure à l’efficacité du ginseng pour prévenir ou traiter le cancer.. Dans cette étude, les patients qui avaient pris une dose de 1 000 mg ou de 2 000 mg de ginseng américain ont rapporté avoir plus d’énergie, se sentir moins fatigués et avoir amélioré davantage leur bien-être général, comparativement aux sujets du groupe placebo et à ceux qui avaient pris une dose de 750 mg 34 .. Une analyse des données portant sur les effets indésirables qui ont été relevés dans l'ensemble des études cliniques révèle qu'il n'y a pas eu, chez les sujets traités, plus d'effets indésirables que chez les sujets des groupes témoins 39 .. De 1995 à 2000, des analyses ont révélé une grande variabilité de la teneur en ginsénosides des suppléments offerts dans le commerce, notamment en Suède, en France, aux États-Unis et en Ontario 44 .

    Optimiser le contrôle glycémique chez les patients diabétiques de type 2 avec l'insuline D'après D. Raccah, Marseille

    Optimiser le contrôle glycémique chez les patients diabétiques de type 2 avec l'insuline. D'après D. Raccah, Marseille. Le recours précoce à l’insulinothérapie est recommandé dès lors que le traitement antidiabétique oral maximal ne permet plus de maintenir l’HbA1c en deçà de 7 %, en utilisant une insuline basale de longue durée d’action en 1 injection au coucher.. En pratique, deux stratégies sont envisageables :. – le recours à des insulines prémélangées, « premix », associant une insuline rapide à une insuline semi-lente, en proportion fixe, en deux injections quotidiennes ; cet usage a pour avantage sa simplicité et offre un bon compromis ; toutefois, la pharmacocinétique n’est pas très physiologique, les insulines semi-lentes ne sont pas les meilleures insulines basales, le protocole n’est pas flexible et contraint le patient à une régularité des horaires de repas, enfin, il est nécessaire de remettre en suspension l’insuline avant usage ;. – le schéma basal-bolus complet offre une option plus physiologique, mais il nécessite la pratique d’injections prandiales en plus de l’injection au coucher, soit environ 4 injections quotidiennes, d’où des difficultés d’observance et une baisse de la qualité de vie.. L’activation de CB1 entraîne une augmentation de la prise alimentaire, surtout marquée pour les sucres et les graisses, et s’accompagne d’une diminution de l’utilisation du glucose tissulaire, d’une augmentation de la sécrétion d’insuline, d’une augmentation de la lipogenèse et d’une accumulation des graisses.. La diminution de l’HbA1c est indépendante de la perte de poids : 0,3 % est attribuable à la perte de poids et 0,4 % au rimonabant.. Globalement, les progrès dans la prise en charge des maladies cardiovasculaires ont permis de gagner près de 4 ans d’espérance de vie depuis les années 70, ce qui est beaucoup comparé au gain de 3 mois estimé dans la prise en charge des cancers.. Il a, en effet, été montré dans les études RIO qu’il augmente le HDL-C et diminue les triglycérides, entraîne une baisse des particules petites et denses de LDL, diminue la pression artérielle systolique, tous éléments qui concourent à normaliser le profil de risque et à diminuer le risque de syndrome métabolique.

    Videos

    1. Alimentation et cancer : mythe ou réalité ?
    (Université de Liège)
    2. FMPM MOOCs - Traitement du diabétique de type 2 - Pr. G. El Mghari
    (FMPM MOOCs)
    3. CANON MEDICAL | Cardiology Days | Cardiovascular Disease - New insights
    (Canon Medical Systems Europe)
    4. How do carbohydrates impact your health? - Richard J. Wood
    (TED-Ed)
    5. Daniel Kraft: Le futur de la médecine? Il y a une application pour ça
    (TED)
    6. Controlling Sugar Cravings & Metabolism with Science-Based Tools | Huberman Lab Podcast #64
    (Andrew Huberman)

    You might also like

    Latest Posts

    Article information

    Author: Tish Haag

    Last Updated: 06/30/2022

    Views: 5998

    Rating: 4.7 / 5 (67 voted)

    Reviews: 90% of readers found this page helpful

    Author information

    Name: Tish Haag

    Birthday: 1999-11-18

    Address: 30256 Tara Expressway, Kutchburgh, VT 92892-0078

    Phone: +4215847628708

    Job: Internal Consulting Engineer

    Hobby: Roller skating, Roller skating, Kayaking, Flying, Graffiti, Ghost hunting, scrapbook

    Introduction: My name is Tish Haag, I am a excited, delightful, curious, beautiful, agreeable, enchanting, fancy person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.