Démolition en vue de la ceinture du stade de l’Amitié : pressions de derniers jours - La Nation Bénin (2022)

Par Fulbert Adjimehossou,

Rubrique(s): Actualités | Commentaires: Commentaires fermés sur Démolition en vue de la ceinture du stade de l’Amitié : pressions de derniers jours

Démolition en vue de la ceinture du stade de l’Amitié : pressions de derniers jours - La Nation Bénin (1)Une opération de démenagement en cours derrière le stade de l’Amitié

Les occupants de la ceinture du stade Général Mathieu Kérékou ont la pression, à environ une semaine de la fin du délai à eux accordé.

L’esplanade du stade Général Mathieu Kérékou avait par le passé un visage : une ambiance folle dans les bars, une convivialité légendaire, de jour comme de nuit, autour des rendez-vous sportifs d’ici et d’ailleurs. Mais ces jours-ci, elle commence à projeter une image sobre. De loin, cette nuit du 5 avril 2022, des trous noirs s’observent sur les côtés. Les enseignes de plusieurs institutions et bars ont perdu leurs éclats. La raison, François Sodogadji, un vigile en faction devant une des boutiques, la dévoile: «C’est moins bruyant parce que beaucoup partent. Certains ont un pied ici et l’autre ailleurs. Bientôt, tout sera rasé».
Il y a trois mois, l’Office de gestion des stades du Bénin (Ogsb) invitait les occupants des boutiques ceinturant le stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou à libérer les lieux avant le 31 mars 2022. Sur les ruines de ces installations à démolir devra pousser un pôle commercial dont les travaux devraient être lancés le 1er avril 2022. Cependant, les concernés bénéficient d’un délai de grâce, qui court jusqu’au 18 avril 2022.
Cette nuit du 5 avril 2022, des tenanciers de bars continuent à maintenir l’ambiance traditionnelle de l’esplanade du stade de l’Amitié. Les férus du football profitent de la rencontre entre Liverpool et Benfica, projetée sur quelques écrans géants, pour « maintenir la chaleur jusqu’au bout ». Les commentaires vont bon train, certains pour magnifier la qualité de jeu des Reds et se régaler des performances du duo Mané-Salah, aligné pour la première fois depuis les barrages de la Coupe du monde.
Ce sont, peut-être là, les derniers spectacles exceptionnels à vivre ici, avant le grand nettoyage. «Le foot, c’est notre passion. Nous venons passer quelques minutes de détente après le boulot et échanger entre amis, collègues ou passionnés de foot», confie Jonas Lawani, venu se relaxer sur l’esplanade. Ils sont là, enjoués, mais le cœur inquiet en pensant au passage des engins lourds, et aux travaux qui vont bientôt démarrer. «Si le pôle commercial que l’Etat veut construire peut nous permettre de nous retrouver ici plus tard, avec la même convivialité, dans un cadre plus confortable et plus sécurisé, ça nous fera plaisir. Dans le cas contraire, ce serait regrettable. Parce que ces moments sont pour nous exceptionnels », ajoute-t-il, les yeux plongés dans le match.

LIRE AUSSI: Forum sur le financement du développement à Paris: Le Benin félicité par le G20

Debout dans un monde qui s’écroule

En journée, les images ne sont pas pareilles. Le tour de l’esplanade laisse voir des bâtiments éventrés, par endroits. Les occupants n’ont pas attendu le délai du 18 avril 2022 avant de déménager. Des institutions bancaires ont déjà fermé leurs agences.
Par contre, c’est maintenant que des propriétaires de boutiques signent leur départ. C’est le cas de ce couple gérant d’un prêt-à-porter qui vide à notre passage sa boutique dans deux véhicules garés sur la chaussée, derrière le stade. Ceux-ci n’ont pas eu le temps de s’installer confortablement avant qu’on leur indique le chemin du retour.

Pas de tristesse dans la voix. Juste un instinct de déception qui fait alourdir les mots. L’homme démonte les étagères. Celui-ci n’exprime aucune émotion. Il a l’air grave mais se montre plus fort. Pas un sourire, pas de mine renfrognée. Tout semble glisser sur ce visage glabre qui dégouline de sueur. « Je n’ai rien à dire », lache-t-il.
À plusieurs autres endroits, les discours sont pareils, mais les conduits diffèrent en ce qui concerne la préparation pour le grand départ. Certains sont à la tâche, mais continuent de mener en partie leurs activités, pour faire des chiffres d’affaires sur les jours restants. Des clients s’invitent encore dans cet environnement, en perte de son climat habituel. Assise au milieu de casiers de bouteilles, Ester Dotou, la trentaine, pianote dans sa grosse calculatrice. «On fait le point et on arrange progressivement. Des objets sont envoyés dans le nouvel emplacement, non loin du stade. Ça fait mal de devoir quitter, de ne plus retrouver cette clientèle à laquelle on est habitué, mais on n’a pas le choix », laisse-t-elle entendre. Même les petits commerçants commencent à se faire à l’idée de partir. « Dans ma tête, je sais que l’heure a sonné. L’affluence a chuté. Les clients ne viennent plus », confie Boris Sagbadjou, opérateur de transfert d’argent.

Démolition en vue de la ceinture du stade de l’Amitié : pressions de derniers jours - La Nation Bénin (2)

A l’instar de cette boîte de nuit vidée par ses occupants

LIRE AUSSI: 9e édition de la journée annuelle du Fnm: L’Arch et la finance digitale au cœur des échanges

Rester à quel prix ?

Dans les regards, il y a cette folle envie de rester dans le périmètre du stade où la plupart ont vu passer une bonne partie de leur vie. La solution trouvée est de passer de l’autre côté de la route, pour rester dans la même zone, et tirer profit plus tard des aménagements. Pour cela, il y a un prix à payer. L’occasion faisant le larron, des promoteurs de biens immobiliers s’invitent dans le jeu de l’offre et de la demande et dictent leur loi. Selon les témoignages recueillis, il faut miser gros.

Démolition en vue de la ceinture du stade de l’Amitié : pressions de derniers jours - La Nation Bénin (3)

Pour Kassim Mohamed, vendeur de véhicules d’occasion, ce n’est pas la joie. « Toutes les boutiques sont prises, il faut rentrer dans les Vons pour espérer en trouver, or notre business a besoin de visibilité. Des gens étaient informés avant nous et avaient pris des dispositions pour rester dans la zone. C’est le cas de la dame qui est à côté. Elle a juste rejoint la boutique en face de l’autre côté de la rue. Tout est saturé. Dire aux clients de venir à Calavi, ce n’est pas aisé. S’il trouve l’opportunité ailleurs, c’est fini», se plaint-il.
La pression est infernale. Beaucoup disent ne pas pouvoir supporter cette surenchère.

LIRE AUSSI: Identification des personnes physiques en République du Bénin: Plus qu’un recensement, un outil de développement

«Les loyers ont augmenté de manière exponentielle. C’est insupportable. L’Etat a exigé trois mois d’avance, mais eux, ils spéculent », fulmine Sassou M.
Dame Danielle qui vient d’hériter du bar de sa défunte mère est à bout de souffle. «J’ai couru en vain pour trouver un local. Je n’ai pas des millions pour donner aux propriétaires. Vous trouvez un local de 50 ou 70 mille F Cfa, et c’est tellement petit qu’on ne peut rien en faire», se désole-t-elle, presque effondrée.
La seule certitude, c’est qu’un nouveau délai de grâce ne serait que pur miracle. Le compte à rebours a alors commencé pour de vrai. Les occupants des lieux en sont conscients, malgré les douleurs. « A l’impossible, nul n’est tenu. Je serai obligée de tout ramener à la maison », lâche une des tenancières de maquis, avant de se plonger, triste, dans son exercice de rangement n

« Le volet social n’a pas été occulté. »

C’est leur plus grande attente. Les occupants de la ceinture du stade de l’Amitié disent attendre de l’Etat des accompagnements pour « sauver leurs fonds de commerce». Le gouvernement l’a-t-il prévu ? Selon nos sources, l’Etat n’est pas resté sans y penser. La question est souvent évoquée lors des réunions avec les concernés. « Ce sont des Béninois et l’Etat n’a pas occulté le volet social », souffle une de nos sources qui ne donne pas d’autres précisions. De son côté, la direction générale de l’Office de gestion des stades n’a pas voulu accorder « pour le moment une interview » à ce sujet. La Nation continue de suivre l’évolution de ce dossier.

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Jeremiah Abshire

Last Updated: 11/05/2022

Views: 6447

Rating: 4.3 / 5 (74 voted)

Reviews: 81% of readers found this page helpful

Author information

Name: Jeremiah Abshire

Birthday: 1993-09-14

Address: Apt. 425 92748 Jannie Centers, Port Nikitaville, VT 82110

Phone: +8096210939894

Job: Lead Healthcare Manager

Hobby: Watching movies, Watching movies, Knapping, LARPing, Coffee roasting, Lacemaking, Gaming

Introduction: My name is Jeremiah Abshire, I am a outstanding, kind, clever, hilarious, curious, hilarious, outstanding person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.