Espérance de vie pour le cancer du poumon de stade 4 - Santé.VIP (2022)

Si vous ou un de vos proches avez reçu un diagnostic de cancer du poumon non à petites cellules de stade 4, l’une des premières questions qui peut vous venir à l’esprit est : «Quelle est l’espérance de vie ? Le cancer du poumon de stade IV étant le stade le plus avancé de la maladie, c’est-à-dire celui où le cancer s’est propagé (métastasé) de la tumeur primaire à des organes distants, la durée médiane de survie est d’environ quatre mois. Cela signifie que 50 % des personnes atteintes d’un cancer de stade 4 seront encore en vie quatre mois après leur diagnostic. Nombre d’entre elles vivront des mois, voire des années, de plus.

Aussi pénible que cette statistique puisse être, il est important de se rappeler que le cancer du poumon de stade 4 n’a pas de trajectoire précise. De multiples facteurs peuvent influencer la durée de survie, dont certains (comme le tabagisme) sont modifiables. De nouvelles thérapies ciblées et immunothérapies aident également les personnes atteintes d’un cancer de stade IV à vivre plus longtemps, avec moins d’effets secondaires et une meilleure qualité de vie.

Stade du cancer du poumon

Le cancer du poumon est classé par stades pour en déterminer la gravité. La stadification du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) aide les médecins à choisir le traitement le plus approprié en fonction de l’issue probable, appelée pronostic.

Le stade du cancer du poumon est déterminé à l’aide du système de classification TNM, qui classe la gravité de la maladie en fonction de trois conditions :

  • La taille et l’étendue de la tumeur primaire (T)
  • Si les ganglions lymphatiques voisins contiennent des cellules cancéreuses (N)
  • S’il y a eu des métastases à distance (M)

Dans le cas d’un cancer du poumon de stade 4, ces trois affections se seront produites. Cela dit, l’étendue des métastases peut varier en fonction du pronostic.

C’est pourquoi le CPNPC de stade 4 a été divisé en deux sous-catégories lors de la publication du nouveau système de classification TNM en 2018.

  • le cancer dupoumon de stade 4a, dans lequel le cancer s’est propagé à l’intérieur de la poitrine et/ou s’est étendu à une zone à l’extérieur de la poitrine
  • Cancer du poumon de stade 4b, dans lequel le cancer s’est propagé à plusieurs endroits dans un ou plusieurs organes distants, comme le cerveau, les glandes surrénales, les os, le foie ou les ganglions lymphatiques distants.

Le cancer du poumon de stade 4 est incurable. Les traitements visent donc à ralentir la progression de la maladie, à minimiser les symptômes et à maintenir une qualité de vie optimale.

Statistiques sur la survie au stade 4

L’espérance de vie du cancer du poumon de stade 4 est généralement mesurée à l’aide des taux de survie à cinq ans, qui estiment le pourcentage de personnes qui vivront pendant au moins

(Video) Cancer du poumon , quelles chances de s’en sortir ?

cinq ans après le diagnostic initial.

Les épidémiologistes classent les taux de survie à cinq ans de deux façons. La première approche est basée sur le stade TNM, dans lequel les durées de survie statistiques correspondent au stade de la maladie.

Taux de survie à 5 ans par stade de la MNT
Stade du cancer du poumonTaux de survie à 5 ans
IVa10%
IVbMoins de 1

En revanche, le taux de survie à un an pour le cancer du poumon de stade 4 se situe entre 15 et 19 %, ce qui signifie que 15 à 19 % des personnes atteintes de maladies métastatiques vivront au moins un an.

Une deuxième méthode permet d’estimer les taux de survie en fonction de l’étendue du cancer dans l’organisme. C’est l’approche utilisée par le programme Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (SEER) de l’Institut national du cancer. Le système SEER classe le cancer dans l’une des trois grandes catégories :

  • Localisé: Cancer limité aux poumons
  • Régional: Cancer qui s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou aux structures voisines
  • Àdistance: le cancer métastasique

Selon le système de classification SEER, les maladies «éloignées» et le cancer de stade 4 sont synonymes.

Le seul inconvénient de l’approche SEER est que les cancers du poumon de stade 4a et 4b sont fusionnés en une seule catégorie. Cette approche généralisée donne non seulement une estimation de la survie à cinq ans beaucoup plus faible (5,8 %), mais elle ne tient pas compte de la grande variabilité des taux de survie au stade 4, en particulier chez les personnes présentant des métastases limitées.

SEER Taux de survie à 5 ans
Étape du diagnosticPourcentage (%) Survivre
Localisé59%
Régional31.7%
Lointain5.8%
Non classé8.3%

Facteurs influençant les taux de survie

La variabilité des taux de survie met en évidence une réalité essentielle concernant le cancer du poumon de stade 4 : il n’y a pas deux personnes qui ont la même maladie. On peut dire que, plus que pour tout autre stade de la maladie, la survie au cancer du poumon de stade 4 est influencée par de multiples facteurs, dont certains sont fixes (non modifiables) et d’autres peuvent être modifiés (modifiables).

On sait que sept facteurs influencent la durée de survie des personnes atteintes d’un CPNPC de stade 4.

Âge

Le vieillissement est lié à de moins bons résultats chez les personnes atteintes d’un cancer du poumon, quel que soit le stade. Cela est dû au fait que les personnes de plus de 70 ans sont souvent en moins bonne santé générale et ont un système immunitaire moins capable de tempérer la croissance des tumeurs.

(Video) Parlons Stade 4 #parlonsstade4

Le vieillissement influence non seulement la progression de la maladie, mais aussi le taux de survie. Ainsi, si vous avez moins de 50 ans au moment du diagnostic, vous avez deux fois plus de chances de vivre au moins cinq ans que quelqu’un de 65 ans et plus.

Taux de survie à 5 ans par groupe d’âge
Étape du diagnosticMoins de 50 ans50-64 ans65 ans et plus
Localisé83.7%67.4%54.6%
Régional47.7%36.6%28.3%
Lointain11%7%4.7%
Non classé32.1%15.4%6%

Selon les données du SEER, le taux de survie à cinq ans des personnes atteintes d’un cancer du poumon de stade 4 est de 11 % chez les moins de 50 ans, et tombe à 4,7 % chez les 65 ans et plus.

Sexe

Le sexe masculin est indépendamment associé à de moins bons résultats chez les personnes atteintes d’un cancer du poumon en général. Non seulement les hommes sont plus susceptibles de contracter un cancer du poumon que les femmes, mais ils ont aussi plus de chances de mourir des suites de la maladie. Ces facteurs contribuent à la disparité des taux de survie globale à cinq et dix ans chez les femmes et les hommes.

Taux de survie au cancer du poumon par sexe
SexeTaux de survie à 5 ansTaux de survie à 10 ans
Femmes19%11.3%
Hommes13.8%7.6%
Globalement16.2%9.5%

En ce qui concerne le CPNPC de stade 4 spécifiquement, les hommes sont également désavantagés sur le plan génétique. Par rapport aux femmes, les hommes sont moins susceptibles de présenter des mutations génétiques «traitables» répondant aux nouvelles thérapies ciblées utilisées pour le stade 4 de la maladie.

Par conséquent, les hommes à qui l’on prescrit des médicaments comme le Keytruda (pembrolizumab) ont tendance à avoir une survie globale et sans progression plus faible que les femmes.

État des performances

Les personnes atteintes d’un CPNPC de stade 4 ont tendance à présenter des symptômes. Cela ne signifie pas pour autant que toutes les personnes seront également malades ou handicapées. Il peut y avoir des variations significatives dans la capacité à fonctionner dans la vie quotidienne, ce que les médecins appellent le statut de performance (PS).

Il existe plusieurs façons de mesurer le PS, la plus courante étant le score PS de l’ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group), qui évalue le PS sur une échelle de 0 à 5. Dans le système ECOG, un score de 0 signifie que vous êtes pleinement fonctionnel, tandis qu’un score de 5 indique un décès.

Les recherches indiquent qu’environ la moitié des personnes chez qui on a diagnostiqué un cancer du poumon de stade 4 auront une «bonne» PS, définie par un score ECOG de 0 à 2. Presque sans exception, les personnes ayant une PS plus élevée survivront plus longtemps que celles ayant une PS plus faible.

En utilisant le score ECOG PS, les taux et les durées de survie au cancer du poumon (pour tous les stades) se répartissent comme suit :

(Video) Mythes et réalités sur le cancer du poumon

Survie au cancer du poumon selon l’état de performance
État des performancesTaux de survie à 5 ansSurvie globale médiane
045.9%51,5 mois
118.7%15,4 mois
25.8%6,7 mois
30%3,9 mois
40%2,4 mois
5Non applicableNon applicable

Parmi les personnes atteintes d’un cancer du poumon de stade 4, un score ECOG de 0 se traduit par un taux de survie à six mois pas moins de 11 fois supérieur à un score ECOG de 4, selon une étude de 2015 publiée dans PLoS One.

Statut de fumeur

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Même chez les personnes atteintes d’un cancer du poumon de stade 4, l’arrêt de la cigarette avant le début de la chimiothérapie peut augmenter la durée de survie de six mois, selon une recherche publiée dans le journal brésilien de pneumologie

.

Cela dit, les conséquences de l’arrêt du tabac (à savoir le retrait de la nicotine) peuvent l’emporter sur les bénéfices chez les gros fumeurs dont les performances sont médiocres et qui sont au stade avancé de la maladie 4b. La décision d’arrêter de fumer est en fin de compte une décision personnelle, mais elle doit toujours être discutée avant le début du traitement du cancer.

Type et localisation du cancer

Il existe de nombreux types et sous-types différents de CPNPC, dont certains sont plus agressifs que d’autres. Les trois types les plus courants sont les suivants :

  • L’adénocarcinome pulmonaire, la forme la plus courante de la maladie qui se développe principalement sur les bords extérieurs des poumons
  • lecarcinome épidermoïde du poumon, qui représente 25 à 30 % des cas de cancer du poumon et se développe principalement dans les voies respiratoires
  • lecarcinome pulmonaire à grandes cellules, un type peu courant de CPNPC qui peut se développer n’importe où dans les poumons et qui tend à être plus agressif que les autres types

Ces caractéristiques peuvent influencer les temps de survie chez les personnes atteintes d’un CPNPC de stade 4. De plus, la localisation de la tumeur – que ce soit dans les voies respiratoires (comme pour l’adénocarcinome bronchiolo-alvéolaire) ou dans les tissus pulmonaires eux-mêmes – peut faire une grande différence dans la durée de survie d’une personne.

Taux de survie par type de CPNPC de phase IV
Type de cancerTaux de survie à un anTaux de survie à 5 ans
Adénocarcinome bronchiolo-alvéolaire29.1%4.4%
Adénocarcinome non bronchiolo-alvéolaire18%1.5%
Carcinome épidermoïde du poumon14.6%1.6%
Carcinome pulmonaire à grandes cellules12.8%1.1%

Comorbidité

Environ trois personnes sur quatre atteintes d’un cancer du poumon avancé souffrent d’un autre problème de santé chronique, appelé comorbidité. Le fait d’avoir une ou plusieurs comorbidités non seulement complique le traitement du cancer du poumon, mais a aussi un impact significatif sur la durée de survie.

Dans l’ensemble, les comorbidités les plus courantes chez les personnes atteintes d’un cancer du poumon sont la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), le diabète et l’insuffisance cardiaque congestive (ICC).

Parmi les personnes atteintes d’un cancer du poumon de stade 4, deux comorbidités influencent plus directement la durée de survie.

(Video) La stadification des cancers // Chapitre 2: Qu’est-ce que le stade des cancers?

Comorbidité et survie des CPNPC de stade 4
État de comorbiditéRéduction de la survie globale
Insuffisance cardiaque congestiveRéduction de 19%.
Les maladies cérébrovasculaires (telles que les accidents vasculaires cérébraux,
anévrisme, ou malformation vasculaire)
Réduction de 27%.

Mutations génétiques

Le traitement du CPNPC de stade 4 a considérablement évolué ces dernières années avec l’introduction de thérapies ciblées, approuvées spécifiquement pour le traitement du cancer du poumon métastatique.

Contrairement aux médicaments de chimiothérapie traditionnels, ces médicaments n’attaquent pas toutes les cellules à reproduction rapide ; ils reconnaissent et attaquent plutôt les cellules cancéreuses présentant des mutations spécifiques «traitables». Ils reconnaissent et attaquent les cellules cancéreuses présentant des mutations spécifiques «traitables». De ce fait, les dommages collatéraux causés aux cellules normales sont moins importants et les effets secondaires sont moins nombreux.

Tout le monde n’est pas porteur de ces mutations génétiques, mais, si c’est le cas, les médicaments peuvent améliorer considérablement les temps de survie. Les trois mutations les plus courantes sont les suivantes :

  • Les mutations de l’EGFR, qui répondent à des médicaments ciblés comme l’Iressa (gefitinib), le Tarceva (erlotinib) et le Gilotrif (afatinib)
  • Réarrangements de l’ALK, qui répondent à Xalkori (crizotinib), Zykadia (ceritinib) et Alecensa (alectinib)
  • lesmutations ROS1, qui répondent également à Xalkori (crizotinib) et Zykadia (ceritinib) ainsi qu’à Lorbrena (lorlatinib) et Rozlytrek (entrectinib)

L’effet de ces médicaments sur les temps de survie a été impressionnant. Une étude publiée en 2019 dans le Journal of Thoracic Oncology a suivi 110 personnes atteintes d’un CPNPC de stade 4 de 2009 à 2017, chacune d’entre elles ayant été traitée avec Xalkora en première ligne en même temps que des médicaments de chimiothérapie.

Selon cette étude, la durée médiane de survie des personnes traitées par Xalkori était de 6,8 ans, ce qui signifie que 50 % d’entre elles étaient toujours en vie à 6,8 ans. En revanche, seuls 2 % des personnes qui ne prenaient pas de Xalkori étaient encore en vie après cinq ans.

Des résultats similaires ont été observés chez les personnes présentant des mutations du R-EGF ou du ROS1 (bien que l’efficacité du traitement puisse varier considérablement selon l’emplacement des métastases).

Aussi pénible que puisse être le diagnostic d’un cancer du poumon de stade 4, il est important de se rappeler qu’il ne s’agit pas de la même maladie qu’il y a seulement 20 ans. Les taux de survie ne cessent d’augmenter et les nouveaux médicaments permettent aujourd’hui de personnaliser le traitement de manière inédite.

Ne vous laissez pas submerger par les statistiques de survie. Apprenez-en plutôt le plus possible sur votre cancer spécifique et sur les options de traitement qui s’offrent à vous.

Si vous avez des doutes sur les recommandations de traitement, n’hésitez pas à demander un deuxième avis, idéalement auprès d’un spécialiste dans l’un des 71 centres de traitement désignés par l’Institut national du cancer aux États-Unis. Il est plus probable qu’ils soient au fait des recherches et des stratégies de traitement actuelles.

(Video) Santé - Maladie du foie

  1. Cetin K, Ettinger DS, Hei YJ, O’malley CD. Survie par sous-type histologique dans le cancer du poumon non à petites cellules de stade IV, d’après les données du Programme de surveillance, d’épidémiologie et de résultats finaux. Clin Epidemiol. 2011;3:139-48. doi:10.2147/CLEP.S17191
  2. Institut national du cancer. Stadification du cancer. Mis à jour le 9 mars 2015.
  3. Lim W, Ridge CA, Nicholson AG, Mirsadraee S. The 8th lung cancer TNM classification and clinical staging system : Examen des changements et des implications cliniques. Quant Imaging Med Surg. 2018;8(7):709-18. doi:10.21037/qims.2018.08.02
  4. Kay FU, Kandathil A, Batra K, Saboo SS, Abbara S, Rajiah P. Revisions to the Tumor, Node, Metastasis staging of lung cancer (8 édition) : Justification, résultats radiologiques et implications cliniques. Monde J Radiol. 2017;9(6):269-79. doi:10.4329/wjr.v9.i6.269
  5. Blandin knight S, Crosbie PA, Balata H, Chudziak J, Hussell T, Dive C. Progress and prospects of early detection in lung cancer. Open Biol. 2017;7(9):170070. doi:10.1098/rsob.170070
  6. Instituts nationaux de la santé. Cancer du poumon et des bronches SEER Taux de survie relative à 5 ans, 2010-2016, par stade au moment du diagnostic et par âge, pour les deux sexes, toutes races (y compris hispaniques). 2020.
  7. Hong H, Wang Q, Li J, Liu H, Meng X, Zhang H. Vieillissement, cancer et immunité. J Cancer. 2019;10(13):3021-3027. doi:10.7150/jca.30723
  8. Pinto JA, Vallejos CS, Raez LE, et al. Gender and outcomes in non-small cell lung cancer : an old prognostic variable comes back for targeted therapy and immunotherapy ? ESMO Open. 2018;3(3):e000344. doi:10.1136/esmoopen-2018-000344
  9. Wang C, Qiao W, Jiang Y, et al. Effet du sexe sur l’efficacité des patients recevant des inhibiteurs des points de contrôle immunitaires dans le cancer du poumon non à petites cellules avancé. Cancer Med. 2019;8(8):4023-31. doi:10.1002/cam4.2280
  10. Kelly CM, Shahrokni A. Aller au-delà des évaluations de l’état des performances de Karnofsky et d’ECOG grâce aux nouvelles technologies. J Oncol. 2016;2016:6186543. doi:10.1155/2016/6186543
  11. Salloum RG, Smith TJ, Jensen GA, Lafata JE. Survie des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules dont les performances sont médiocres après une chimiothérapie de première ligne. Cancer du poumon. 2012;77(3):545-9. doi:10.1016/j.lungcan.2012.04.019
  12. Kao J, Gold KD, Zarrili G, et al. Les prédicteurs cliniques de la survie des patients atteints d’un cancer de stade IV se réfèrent à la radio-oncologie. PLoS ONE. 2015;10(7):e0132748. doi:10.1371/journal.pone.0124329
  13. Linhas ARD, Dias MCP, Barroso AMP. Arrêt du tabagisme avant le début de la chimiothérapie dans les cas de cancer du poumon non à petites cellules métastatique : Influence sur le pronostic. J Bras Pneumol. 2018;44(5):436-8. doi:10.1590/s1806-37562017000000323
  14. Zappa C, Mousa SA. Cancer du poumon non à petites cellules : traitement actuel et progrès futurs. Transl Lung Cancer Res. 2016;5(3):288-300. doi:10.21037/tlcr.2016.06.07
  15. Islam KM, Jiang X, Anggondowati T, Lin G, Ganti AK. Comorbidité et survie chez les patients atteints d’un cancer du poumon. Biomarqueurs de l’épidémie de cancer Prev. 2015;24(7):1079-85. doi:10.1158/1055-9965.EPI-15-0036
  16. Société américaine du cancer. Thérapie médicamenteuse ciblée pour le cancer du poumon non à petites cellules. Mise à jour le 10 juin 2020.
  17. Pacheco JM, Gao D, Smith D, et al. Natural history and factors associated with overall survival in stage IV ALK-rearranged non-small cell lung cancer. J Thorac Oncol. 2019 Apr;14(4):691-700. doi:10.1016/j.jtho.2018.12.014
  18. Zhang C, Leighl NB, Wu YL, Zhong WZ. Nouvelles thérapies pour le cancer du poumon non à petites cellules. J Hematol Oncol. 2019;12(1):45. doi:10.1186/s13045-019-0731-8

article similaire:

Diagnostic et traitement de l'urosepsisQue faire en cas de syndrome de dumpingNumération normale des globules blancs (WBC)Zeaxanthine : Avantages, effets secondaires, dosage et interactionsQu'est-ce que l'incontinence transitoire ?Pau D'Arco : avantages, effets secondaires, dosage, interactionsSignes, causes et traitements de la tendinite du poignetCarence en vitamine D et maladie de la thyroïdeBaume du tigre : Utilisations, formulations et précautionsQuand la grippe intestinale est-elle contagieuse ?Quand consulter un médecin à propos de la douleur dans la région périanaleCe que vous devez savoir sur le LomotilStopain - Informations sur les analgésiques topiquesTest de sensibilité au delirium et à la démenceUtilisations et effets secondaires de la claritineConseils pour soulager rapidement le gaz et les ballonnementsL'AVC et la région cérébrale de PonsQu'est-ce que la dette de sommeil et pouvez-vous la rattraper ?

Videos

1. Cancer du poumon - Ooreka.fr
(Ooreka)
2. Comment meurent les malades mentaux de leur cancer ?
(Guillaume Fond)
3. Quelles sont les étapes de la progression du cancer du poumon
(Information Santé)
4. Cancer du poumon , quelles chances de s’en sortir ?
(Médecine TV)
5. Quels sont les premiers signes du cancer du poumon
(Information Santé)
6. Le cancer du poumon : De nouvelles approches diagnostiques et thérapeutiques
(Hopitaux Universitaires de Genève)

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Ouida Strosin DO

Last Updated: 08/21/2022

Views: 6254

Rating: 4.6 / 5 (56 voted)

Reviews: 87% of readers found this page helpful

Author information

Name: Ouida Strosin DO

Birthday: 1995-04-27

Address: Suite 927 930 Kilback Radial, Candidaville, TN 87795

Phone: +8561498978366

Job: Legacy Manufacturing Specialist

Hobby: Singing, Mountain biking, Water sports, Water sports, Taxidermy, Polo, Pet

Introduction: My name is Ouida Strosin DO, I am a precious, combative, spotless, modern, spotless, beautiful, precious person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.