Généalogie de Jacques CHABAN-DELMAS (2022)

C'est en 1943 qu'il prend le nom de Jacques Chaban-Delmas, du nom d'un château de la Dordogne proche de celui où vivait sa mère (Château de la Ligerie), acheté à la famille de Gaulle, dans la commune de Champagne-Fontaine en Dordogne.

Histoire familiale des hommes politiques français, sous la direction de Marie-Odile Mergnac (Archives et Culture, Paris 1997)

Jacques DELMAS, dit CHABAN-DELMAS - né le 7 mars 1915 à Paris ; mort le 10 novembre 2000 à Paris.

(Video) Éric Zemmour : "Édouard Philippe, ou la revanche de la droite post-soixante-huitarde"

Général à vingt-neuf ans, député radical à trente et un ans, maire de Bordeaux durant quarante-sept ans, ministre de Mendès France, Premier ministre de Georges Pompidou, Jacques Chaban-Delmas a été aux premiers rangs de la vie politique durant un demi-siècle. A sa mort, survenue le 10 novembre 2000, les drapeaux en berne au Palais-Bourbon ont salué la mémoire de celui qui avait présidé l'Assemblée nationale durant près de seize années. Sous deux Républiques, il fut, selon Jean Lacouture, le "sourire du gaullisme".

Né à Paris le 7 mars 1915, Jacques Delmas est journaliste stagiaire à L'Information économique et financière en 1933 et poursuit en parallèle des études de droit et de sciences politiques. Officier de réserve formé à Saint-Cyr au début de la guerre, il choisit de résister au sein de l'Organisation civile et militaire. Devenu inspecteur des finances, il est en 1943 l'adjoint du délégué militaire de la région parisienne; arrestations et morts conduisent à sa nomination comme délégué militaire national en 1944. En août, le général Chaban défend l'idée de la trêve des combats dans Paris avant d'y escorter le général Leclerc et de faire admettre qu'il convient d'associer le colonel F.T.P. Rol-Tanguy à la signature de la reddition allemande. "C'est bien Chaban!", consentira le général de Gaulle avant de le nommer compagnon de la Libération et d'en faire, en 1945, le secrétaire général du ministère de l'Information.

Député de la Gironde à partir de novembre 1946 et toujours réélu jusqu'en 1993, il est ministre des Travaux publics de Mendès France en 1954-1955. Gaulliste se voulant "préposé à l'infiltration" du système avec ses républicains sociaux, il se met en congé de ministère quand le vote de la C.E.D. est proposé; ministre d'état de Guy Mollet en 1956, il obtient de poursuivre les travaux de la bombe A. Ministre de la Défense nationale en 1957-1958, ce "Bonaparte gai" (François Mauriac) dispose d'une antenne à Alger où Léon Delbecque et Lucien Neuwirth contribuent à l'appel lancé au général de Gaulle le 13 mai 1958. Organisateur de l'Union civique pour la Ve République, Chaban est élu président del'Assemblée nationale le 9 décembre 1958, contre Paul Reynaud, candidat du général. Il reste au "perchoir" jusqu'en 1969 et le retrouve de 1978 à 1981 puis de 1986 à 1988.

(Video) Au cœur de l'histoire: Raymond Barre, architecte du Systeme monetaire europeen (Franck Ferrand)

Commensal assidu du déjeuner des barons, il prépare l'après-gaullisme avec Georges Pompidou, qui le nomme Premier ministre dès juin 1969. Déplorant la morosité ambiante, il s'allie aux centristes de Jacques Duhamel et annonce une "nouvelle société". Les idées de son conseiller Jacques Delors et la libéralisation de l'information suscitent de vives critiques dans sa majorité. S'il obtient la confiance de 368 députés le 24 mai 1972, il doit démissionner le 5 juillet suivant; il se jugera victime d'une conjuration élyséenne menée par Marie-France Garaud et Pierre Juillet. Replié sur son Sud-Ouest, celui qu'on qualifia parfois de duc d'Aquitaine présida le conseil régional de 1974 à 1979 et de 1985 à 1988. Il tint longtemps sa ville et sa région dans un "système Chaban" qui devait beaucoup aux méthodes du radicalisme. Contestant être "ce marathonien des week-ends courant d'un quartier à l'autre pour serrer des mains, faire les marchés et mobiliser les bistrots", il favorisa l'expansion du tertiaire (30 000 postes créés de 1975 à 1990, compensant la perte de 15 000 emplois industriels).

Inamovible maire de Bordeaux de 1947 à 1995, président de la communauté urbaine dès 1967, initiateur du Mai musical et du centre d'art contemporain plastique, il consacra à la culture plus de 20 p. 100 du budget municipal car il pensait que "l'égalité sociale ne commence vraiment qu'avec l'égalité culturelle".

International de rugby, surnommé Charmant d'Elmas par Le Canard enchaîné, finaliste du double messieurs vétérans au championnat de France de tennis 1965, Jacques Chaban-Delmas déclarait comme défaut un incurable optimisme à l'égard de la nature humaine. Il en fit les frais en fin de mandat municipal dans la crise du club de football des Girondins de Bordeaux et, dès 1972, dans la campagne de presse sur sa feuille d'impôts. Celle-ci pesa sur son échec à l'élection présidentielle de 1974 qu'il expliqua aussi par son impréparation en disant "Je n'étais pas possédé de ce désir obsessionnel qui fait la force des hommes de pouvoir. [...] Il y a une dynamique de l'échec." La victoire de Valéry Giscard d'Estaing avait été assurée par le ralliement de 43 parlementaires U.D.R. emmenés par le futur Premier ministre Jacques Chirac. C'est ce dernier qui, vingt-six ans plus tard, en sa qualité de président de la République, prononça l'éloge funèbre d'un artisan de la France moderne, en présence de toute la classe politique qui admirait dans le président d'honneur de l'Assemblée, six fois élu à sa tête.

(Video) Jean Garrigues - La tentation du sauveur : histoire d'une passion française

1.1 - Etudes

  • Lycée Lakanal à Sceaux
  • Faculté de droit de Paris

1.2 - Diplômes

  • Diplômé de l’Ecole Libre des Sciences Politiques
  • Licencié en Droit
  • Diplômé d’Etudes Supérieures d’Economie Politique et de Droit Public

1.3 - Carrière professionnelle

  • Journaliste à l’Information économique et financière (1933)
  • Attaché au ministère de la Production Industrielle (1941)
  • Adjoint à l’Inspection Générale des Finances (1943)
  • Membre de la Délégation Militaire du Gouvernement Provisoire de la République Française (1943)
  • Délégué militaire national chargé de la coordination militaire sur l’ensemble du territoire (1944)
  • Général de Brigade (1944)
  • Chef de l’Inspection Générale de l’Armée (1944)
  • Inspecteur des Finances (1945)
  • Secrétaire Général du Ministère de l’Information (1945-1946)
  • Général de Brigade Honoraire (1946)
  • Inspecteur des Finances détaché (1946)
  • Député de la Gironde (1946-1961)
  • Maire de Bordeaux (1947-1995)
  • Président de la Communauté Urbaine de Bordeaux (1967, 1983, 1989-1995)
  • Premier Vice- Président du Conseil de la Communauté Urbaine de Bordeaux (1977-1995)
  • Président Directeur Général de la Société Anonyme d’Economie Mixte communautaire de construction SAEMICO (1970-1995)
  • Ancien président du Groupe Républicain Social à l’Assemblée Nationale
  • Ministre des Travaux Publics au cabinet de Pierre Mendès-France (1954-1955)
  • Ministre d’Etat au cabinet Guy Mollet (1956-1957)
  • Ministre de la Défense Nationale (Cabinet Félix Gaillard 1957-1958)
  • Membre du comité central de l’Union pour la Nouvelle République UNR 1958 réélu député UNR de la Gironde (1959-1970)
  • Président de l’Assemblée Nationale (1958-1969)
  • Président de la Commission de Développement Economique Régional (CODER) (1964-1969)
  • Premier Ministre (1969-1972)
  • Inspecteur Général des Finances (1973)
  • Candidat à la Présidence de la République en 1974
  • Député RPR de la Gironde (1959-1997)
  • Président de l’Assemblée Nationale (1978-1981 et 1986-1988)
  • Président du Conseil Régional d’Aquitaine (1974-1979 et 1985-1988)
  • Président du Comité d’Action pour l’Europe (1988-1997)
  • Président d’Honneur de l’Assemblée Nationale (1996)

1.4 - Décorations

  • Commandeur de la Légion d’Honneur
  • Compagnon de la Libération
  • Croix de Guerre 1939-1945
  • Rosette de la Résistance
  • Commandeur du Virtuti Militari de Pologne
  • Commandeur de la Legion of Merit des Etats-Unis
  • Commandeur de l’Ordre de Léopold II de Belgique
  • Commandeur de l’ordre d’Isabelle-la-Catholique d’Espagne
  • Cordon de l’Etoile Yougoslave
    Oeuvres
    "L’Ardeur" (1975) ; "Charles de Gaulle" (1980) ; "La Libération" (1984) ; "Les Compagnons" (1986) ; "La Dame d’Aquitaine" (1987) ; "Montaigne" (1993), prix Henri Malherbe en 1993 ; "Mémoires pour Demain" (1997)

1.5 - Sports

  • Ancien finaliste du double messieurs aux championnats de France de tennis (1965)
  • Champion du double messieurs vétérans aux Internationaux de France (1970)
  • Ancien International de Rugby
  • Golfeur
    • www.gaullisme.fr

Le château d'Ernest Faucher, de De Gaulle et de Chaban-Delmas

En 1846, suite à quelques revers de fortune, Ernest Faucher vendit le château. En 1900, Henri De Gaulle acheta la demeure pour en faire un lieu de résidence pour sa famille. Il avait quatre fils, dont le futur général qui y passera toutes ses vacances avant d'intégrer Saint-Cyr en 1908. Henri De Gaulle revendit la demeure en 1920.

En 1940, Maurice Legendre, second mari de la mère de Jacques Chaban-Delmas, acheta la Ligerie. Jacques Chaban-Delmas utilisa les lieux pour créer un réseau de Résistance en Périgord avec l'aide du boulanger de Fontaine, Louis Férignac. Il hérita du château en 1973. Il y venait assez souvent. Ses héritiers ont cédé le domaine en 2004.

(Video) Société d'Histoire et d'Archéologie de Saint Emilion : Conférence Mars 2017

2.1 - Histoire :

Ancienne demeure des Faucher de Lacour, des de Gaulle, des Philippe Henri et des Legendre. Ce manoir, reconstruit au 17e siècle, conserve des vestiges du 15e siècle, à savoir les deux pigeonniers formant tours circulaires. Elie Faucher, un descendant des seigneurs du château du Clauzurou, s'établit à la Ligerie à la fin du 16e ou au début du siècle suivant, et fonda la branche de ce nom. Ce manoir fut restauré sous l'Empire.

  • Type : Inventaire général du patrimoine culturel
  • Epoque : 15e siècle ; 17e siècle
  • Auteur : maître d'oeuvre inconnu
    • www.sudouest.France et www.actuacity.com/champagne-et-fontaine

  • Personne: Histoire familiale des hommes politiques français, sous la direction de Marie-Odile Mergnac (Archives et Culture, Paris 1997) / Who's Who in France (1981 et 1985, Editions Jacques Lafitte)
  • Naissance: Paris 13e, Année 1915, Acte n°899
  • Union 1: Paris 16e, Année 1939, Acte n°585
  • Famille 1, famille 3: CdBdM
  • Union 2: Paris 8e, Année 1947, Acte n°515
  • Famille 2: CdBdM / Who's Who in France (1969, 1981, 1985, et 2005, Editions Jacques Lafitte)

Videos

1. Atelier 11 Faire carrière dans le tennis
(UFR STAPS Dijon - Le Creusot uB)
2. Stéphane Sirot : Syndicalisme, démocratie et dialogue social
(conference AJET)
3. Au cœur de l'Histoire: Au cœur de l’Académie française (Franck Ferrand)
(Europe 1)
4. Au cœur de l'histoire: Jackie Kennedy (Franck Ferrand)
(Europe 1)
5. #Conférence: Raphaël Enthoven, philosophe & chroniqueur sur France Culture
(BSB - Burgundy School of Business)
6. Manifestation Sécurité Globale : La stratégie anti casseurs de Gérald Darmanin a t-elle payé ?
(Sud Radio)

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Msgr. Refugio Daniel

Last Updated: 08/21/2022

Views: 6063

Rating: 4.3 / 5 (74 voted)

Reviews: 81% of readers found this page helpful

Author information

Name: Msgr. Refugio Daniel

Birthday: 1999-09-15

Address: 8416 Beatty Center, Derekfort, VA 72092-0500

Phone: +6838967160603

Job: Mining Executive

Hobby: Woodworking, Knitting, Fishing, Coffee roasting, Kayaking, Horseback riding, Kite flying

Introduction: My name is Msgr. Refugio Daniel, I am a fine, precious, encouraging, calm, glamorous, vivacious, friendly person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.